Véhicules propres « dernier kilomètre »

Mesure associée le plus souvent à une planification de la logistique, à la mise en place d’un centre de logistique urbaine, elle est aussi développée par de petites structures privées. Les véhicules peuvent être des véhicules utilitaires, des fourgonnettes électriques ou des vélos, triporteurs à assistance électrique ou pas.

Le projet de dépôt mobile à Bruxelles, développé dans le focus sur la logistique, fait appel à des véhicules électriques pour le dernier maillon de la chaine logistique (cf. focus).

En France, la Poste dispose de la première flotte de véhicules électriques au monde. Un triple objectif à la clé : devenir l’opérateur de référence en matière de logistique urbaine responsable, réduire de 20% ses émissions de CO2 par foyer desservi (entre 2008 et 2020) et améliorer les conditions de vie au travail des facteurs.

Avec une autonomie allant jusqu’à 70 km en usage postal optimal, un volume de chargement de 3 ou 4 m³ selon les modèles, zéro émission de CO2, ces véhicules sont parfaitement adaptés aux tournées 100% responsables. Sur toutes les voitures, le marquage environnemental « + proche + vert » permet de valoriser la démarche.

Plus de 4 000 voitures électriques sont déjà en circulation. Ce déploiement est l’aboutissement d’un appel d’offre lancé en 2010. En 2014, la Poste a testé un nouveau modèle de Kangoo Z.E. (pour zéro émission) équipé d’une pile à combustible à hydrogène, qui fonctionnera comme un prolongateur d’autonomie. Ce prolongateur pourrait permettre de doubler l’autonomie du véhicule.

La Poste utilise chaque jour 25 000 moyens de transport mus par l’électricité. Le groupe La Poste s’est en effet doté d’une gamme complète de véhicules électriques : petits utilitaires, quads, tricycles et vélos à assistance électrique.