Intermodalité de gestion des réseaux transport, "smart ticket"

  • Un système de contrôle centralisé des transports en commun
  • Une charte clientèle pour des trajets sans attente aux interconnections des réseaux de transports
  • Des systèmes d’information et d’orientation personnalisés pour les usagers des pôles intermodaux
  • Des planificateurs de trajets intermodaux
  • Des cartes statiques/dynamiques des connexions entre les réseaux
  • Une information en temps réel sur les correspondances
  • Applications mobiles pour guider les usagers des pôles d’échange
  • Applications mobiles pour aider les usagers utilisant des informations envoyées par d’autres usagers
  • Guide d’usage des interconnexions
  • Un système de billetterie intégrant l’ensemble des coûts des différents moyens de transports utilisés

Le programme européen NODES « New tOols for Design and OpEration of Urban Transport InterchangeS » / Nouveaux outils pour la conception et la gestion des transports urbains, propose des outils pour l’amélioration de l’intermodalité et des transports en commun. Ces préconisations sont issues d’un travail d’observation des expériences européennes.

Certaines de ces recommandations sont déjà mises en œuvre à la RTM  : le ticket unique, les dispositifs d’information de la clientèle avec les « applis » de la RTM et le site internet « Le Pilote », entre autres. Dans les pistes d’actions relevées dans le Bilan environnemental des déplacements de MPM produit par l’AGAM, concernant les transports en commun, on remarquera les pistes :

Améliorer les niveaux d’offre et de service des réseaux urbains de transports en commun

  • Développer les itinéraires protégés et la priorisation pour les transports en commun de surface (hausse de la vitesse commerciale) ;
  • Desservir les zones enclavées ;
  • Améliorer les amplitudes horaires des bus et du métro ;
  • Moderniser les bus urbains

Les effets attendus de ces mesures sur la qualité de l’air sont importants : « Lors d’un déplacement interne à MPM, un voyageur en transport en commun (bus, tramway et métro confondus) émet environ trois fois moins de gaz à effet de serre par kilomètre parcouru qu’un voyageur en voiture. »